Tests IOTA

Vue d’ensemble

La Analyse internationale des tumeurs de l’ovaire (IOTA) a été fondée en 1999 par Dirk Timmerman, Lil Valentin et Tom Bourne. Son premier objectif était de développer une terminologie normalisée. En 2000, l’IOTA a publié une déclaration de consensus sur les termes, les définitions et les mesures décrivant les caractéristiques sonographiques des masses annexielles (largement utilisée aujourd’hui). L’IOTA couvre une multitude d’études portant sur de nombreux aspects de l’échographie gynécologique au sein d’un réseau de centres contributeurs répartis dans le monde entier et coordonnés depuis Louvain (Belgique).

Après s’être mis d’accord sur une terminologie normalisée, les principaux chercheurs IOTA de différents centres ont collecté de manière prospective une importante cohorte de patients présentant une masse annexielle persistante (une discrimination préopératoire précise entre les masses annexielles bénignes et malignes avait, et a toujours, une valeur fondamentale dans la pratique clinique). La recherche s’est concentrée sur le développement de modèles prédictifs pour estimer le risque de malignité. Cette base de données et la participation étroite du département de génie civil de la KU Leuven (Université Catholique de Louvain) nous ont permis de tester différents modèles de prévision précédemment développés, ainsi que de développer et de valider de nouveaux modèles de prévision de manière externe.

IOTA a développé les Règles simples et deux modèles mathématiques basés sur la régression logistique (Algorithmes LR1 et LR2), tous très faciles à utiliser en pratique clinique pour estimer le risque de malignité. Ces modèles ont été validés de manière prospective et externe et se sont avérés très performants (proches de ceux d’une évaluation subjective par un expert en sonographie). De plus, ces modèles continuent de bien fonctionner pour les utilisateurs ayant différents niveaux d’expérience en échographie. Récemment, avec la publication du Modèle ADNEX , le premier modèle multiclass prédictif a été introduit, capable de différencier quatre sous-groupes de tumeurs malignes.

Algorithmes en ligne IOTA

BIOPROGNOS a mis en place ―à des fins de formation ou d’éducation― un accès en ligne à 2 des 3 algorithmes IOTA existants pour le dépistage et la détection du cancer gynécologique. Son utilisation est gratuite et sans limitation.

 
 

Demander l’accès aux algorithmes IOTA

 
 

Voir les pages suivantes pour plus d’informations sur les différents algorithmes de l’IOTA: